La beauté brute de Shoky Van Der Horst, à la galerie de l’Uzège

La photo comme fil conducteur d'une exposition attendue

Du 3 août au 15 septembre 2023, la photographe Shoky Van Der Horst va bousculer le petit train-train des galeries un peu trop tranquilles. Intitulée « Beauté Brute », son exposition entend montrer que la beauté peut être fragile. Imparfaite, elle se révèle dans le détail et arrive sans prévenir. Se heurter à l’esthétique de la matière brute, c’est l’expérience proposée par la photographe néerlandaise qui a étudié l’art plastique aux Beaux-Arts de la ville d’Utrecht, avant de venir faire carrière à Paris. Sous les toits de la capitale, elle se fait mannequin, avant de devenir rédactrice de mode, puis photographe de mode et beauté pour réaliser des campagnes publicitaires. Avant de créer son propre studio dédié à la photographie de portraits. Ces métiers l’amènent à parcourir le monde pour l’apprivoiser et s’offrir de nouvelles perspectives.

La passion pour l’art de Shoky Van Der Horst

Les galeries parisiennes finissent par s’intéresser à elle. Sa persévérance a enfin payé. Aujourd’hui, les œuvres de Shoky Van Der Horst s’exposent à la galerie de l’Uzège, à Uzès. Cet espace culturel avant-gardiste et à contre-courant de la scène urbaine est situé au cœur de la Cité ducale. Il est coaché par Frédéric Petracca et Florence Benon, depuis 2021. Ses œuvres reflètent ses émotions. Celles qu’elle ressent lorsqu’elle souhaite sacraliser les objets et les formes qu’elle rencontre. Là où la mène ses pas.

Un nouveau chapitre professionnel à Paris

Shoky van der horst portrait

Avec elle, le beau ne se met pas scène. Elle a le don de remarquer la faille, l’usure, la patine et de nous la révéler. Ses œuvres dégagent une certaine sensualité. Leurs formes et leurs matières interpellent les spectateurs sur la notion même de beauté. Les structures graphiques qu’elle crée émergent, comme sorties de nulle part pour trouver une nouvelle destination. Pour l’artiste, cette métamorphose redonne alors du sens et de l’épaisseur à l’espace-temps, afin de créer des souvenirs avec l’éphémère. lebonportrait.frshokyvanderhorst-artphoto.com

Les « Chibi-Chans » de l’artiste Elena exposés au Clos Y

Jean-Michel Folon, une rétrospective à la Saline Royale d’Arc-et-Senans

Amours imaginaires, la nouvelle exposition du musée des Avelines

À Nice, le MAMAC ouvre ses portes à Thu-Van Tran