Immersion au Musée de la Toile de Jouy, à Jouy-en-Josas

Un tissu dont les personnages et les décors champêtres sont uniques

Le musée de la Toile de Jouy fait renaître les mémoires de la célèbre Manufacture de Jouy, fondée en 1760. Cette institution ouverte en 1977, labellisée Musée de France, se situe au château de l’Églantine, à Jouy-en-Josas dans le département des Yvelines. Et a pour mission de perpétuer la mémoire liée à la production de Toiles de Jouy. Une appellation désignant les cotonnades imprimées par la manufacture Oberkampf durant près d’un siècle. Les collections réunissent près de 10 000 pièces, du 18e à aujourd’hui, représentatives d’un patrimoine et d’un savoir-faire exceptionnels. Elles comprennent toiles peintes, empreintes gouachées, album d’échantillons, dessins, tableaux, costumes, mobilier et garnitures de lit. Ainsi que divers outils et mécanismes liés à la technique d’impression. Une extraordinaire aventure humaine, industrielle et artistique de Christophe-Philippe Oberkampf, un protestant venu de la région du Wurtemberg. Celui-ci n’imaginait pas le rayonnement international de sa toile !

La belle histoire de la Toile de Jouy

toile de jour manufacture de Jouy en 1807
Toile de Jouy Oberkampf et ses enfants

Descendant d’une lignée de teinturiers luthériens, il apprend le métier chez son père, établi à Aarau, en Suisse comme fabricant d' »indiennes ». À 19 ans, il quitte sa famille, travaille à Mulhouse, puis à Paris. Et n’a que 22 ans lorsqu’il crée sa propre manufacture de toiles peintes, à Jouy-en-Josas. Un village qui a l’avantage d’être en bord de la Bièvre, dans un vallon champêtre où des terrains sont disponibles. Et qui est aussi, à proximité de Versailles ! Ici, son talent d’entrepreneur se révèle. Cet homme pragmatique gère d’une main de maître son millier d’hommes. Il innove en ne cessant d’augmenter la capacité de production de sa manufacture, introduisant des inventions techniques. Le succès est tel que Louis XVI décerne à l’établissement le titre de Manufacture Royale. Et Napoléon Ier décore Oberkampf de la Légion d’Honneur en personne !

Un savoir-faire aux origines de l’impression textile européenne

toile de Jouy chambre

L’impression des motifs végétaux sur toile est très ancienne. C’est aux Indes, grand producteur de cotonnades, que l’on découvre des teintures résistantes au lavage. Ainsi que le moyen de graver en creux ou en relief pour imprimer des étoffes bon marché. Dès le Moyen-Âge, ces cotonnades s’exportent à travers l’Orient, puis le Moyen-Orient et arrivent au 17e sur le marché français. On les utilise pour les robes et l’ameublement. Elles plaisent pour leurs couleurs, leur légèreté, leurs motifs. Mais en 1686, un arrêt du Conseil d’État proclame la prohibition des toiles de coton peintes, à l’importation et à la fabrication. Cette interdiction survenant peu après la Révocation de l’Édit de Nantes ! Heureusement, la répression diminue. Madame de Pompadour, favorite de Louis XV, porte des Indiennes et en utilise pour recouvrir le mobilier de son château de Bellevue. Elle contribue de ce fait à l’autorisation générale d’imprimer sur tissus, est accordée en 1759.

Au coeur de la Toile de Jouy

Il ne reste plus qu’à pousser la porte du charmant château de l’Églantine, écrin du Musée de la Toile de Jouy. Et à s’immerger au coeur de l’histoire de la Manufacture d’Oberkampf et de ses 30 000 motifs imprimés ! L’exposition permanente offre un parcours plein de charme, à travers l’histoire de la technique. Mais aussi celle de l’évolution du goût qui transparaît derrière la Toile de Jouy, ses emplois décoratifs ou vestimentaires. Retraçant l’aventure hors norme d’un industriel en avance sur son temps. Une promenade dans les appartements inspirés de la famille Oberkampf, une chambre, un bureau et un salon de musique invitent à découvrir l’utilisation des toiles imprimées dans l’ameublement. Pour ponctuer ce parcours, un dispositif interactif numérique permet de s’approprier ce patrimoine textile d’envergure. La visite s’achève dans la magnifique boutique approvisionnée en produits conçus à partir des motifs issus des archives du musée. 54 rue Charles de Gaulle – 78350 Jouy-en-Josas. museedelatoiledejouy.fr

Lisbonne : balades arty dans 3 musées incontournables

Versailles : trésors cachés au musée Lambinet

Musée Rude et Maison Magnin, 2 bonnes raisons de redécouvrir Dijon

Musée Grévin, 142 ans, des stars et 250 poupées de cire