So Fashion ! La naissance des grands magasins retracée au musée des Arts décoratifs

Les temples de la consommation décryptés dans une belle exposition

À Paris, le musée des Arts décoratifs devrait connaître un afflux de visiteurs. Et plus particulièrement des visiteuses, avec sa rétrospective qui mettra en avant l’émergence des grands magasins, de 1852 à 1925. L’exposition-événement se déroulera du 10 avril au 13 octobre 2024. Avec comme points forts, la mode, le design, le jouet et la publicité. Y seront dévoilées près de 700 œuvres. Celles-ci vont des affiches aux vêtements, en passant par les jouets issus des collections du musée. Elles permettent de comprendre l’évolution du commerce parisien, initié par des entrepreneurs audacieux. Surgissant à l’heure de la Belle Époque et des Années Folles, ces nouveaux espaces sont exclusivement dédiés aux femmes. Un concept qui bouleverse aussitôt le panorama de la vente. Et préfigure l’avènement de la société de consommation que nous connaissons.

Rendez-vous avec la figure de la Parisienne, au musée des Arts décoratifs

musée des Arts décoratifs porte-monnaie

Gants, éventails, chapeaux, plumes, bas, cols et cravates nous rappellent les accessoires phares portés par ces dames. Sans oublier le développement des rayons liés aux arts ménagers, l’orfèvrerie, la porcelaine, l’éclairage, la tapisserie, la décoration de la maison, le mobilier et les articles de voyages. Les affiches publicitaires d’époque et les objets reviennent sur l’engouement suscité par ces nouveaux temples de la mode. Où l’on peut toucher, regarder et essayer, tout en se laissant tenter par des prix défiants toute concurrence… Les artistes s’en emparent dès le Second Empire pour incarner dans leurs croquis l’essor économique que cela enclenche. Avec les transformations urbaines, le développement du chemin de fer et l’avènement du tourisme vers des destinations de villégiature de la bourgeoisie qui prend place dans leurs dessins.

Faire les magasins, un divertissement addictif né au 19e siècle

Dans ses carnets préparatoires à l’écriture d’Au Bonheur des Dames, Émile Zola décrit les grands magasins comme le « royaume de la femme ». Au Bon Marché, Les Grands Magasins du Louvre, Au Printemps, La Samaritaine et Les Galeries Lafayette dévoilent leurs facettes à travers l’histoire, la politique et la société, du Second Empire jusqu’à leur consécration lors de l’exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925. Dans ces établissements, plus de période creuse dans l’année, l’agenda du shopping se remplit de dates qui deviennent des rendez-vous incontournables. La démocratisation de la mode, l’invention des soldes, l’enfant comme vecteur du marketing et le développement de la vente par correspondance. Autant de thèmes développés au fil d’un parcours riche en découvertes ! madparis.fr

L’École des Arts Joailliers : un nouvel écrin pour l’expo sur les bijoux de scène

Sinner, l’hôtel qui fait de ses espaces publics une galerie arty

Gainsb’Art, l’homme à la tête de l’art, l’expo événement

Fragments Divins de François Halard, à l’abbaye du Thoronet