Mille et une vies du trousseau de mariage, au château de Martainville

Une tradition ancienne qui remonte au 14e siècle

Que trouve-t-on dans un trousseau de mariage ? Pour le savoir, rendez-vous du 14 octobre au 15 janvier 2024, au château de Martainville, en Normandie. Ici, une exposition met en valeur le trousseau de mariage en usage dans toutes les classes sociales du 19e siècle. À l’époque, cette étape est obligatoire avant une union et reflète le statut de la future épouse. Ce sont les jeunes filles formées aux travaux d’aiguilles dès leur plus jeune âge, qui le confectionne. Sa création prend du temps. Il se compose de linge de maison, de corps, de bonnets, de coiffes et de mouchoirs de cou.

Le trousseau de mariage en héritage

mariage, trousseau

Avec cette panoplie, on prépare la jeune fille à sa future vie de mariée. Chaque pièce est personnalisée avec ses initiales, voire brodée. Son contenu peut varier d’une ville à l’autre, en fonction d’une coutume et d’une famille à une autre. L’étude des contrats de mariage nous renseigne sur la composition du trousseau de la femme, au moment de son mariage. Sa quantité, son ornementation, la richesse des matériaux diffèrent en fonction de la classe sociale du père de la future mariée. Car le coût élevé des vêtements prouve qu’ils devaient durer la vie entière et qu’ils se transmettaient également par héritage !

Elsa Duault et la mémoire des femmes

Elsa Duault propose son regard contemporain en vue de la préparation du trousseau, de la transmission maternelle de ces traditions. Pour ce travail de collecte de la mémoire des femmes, l’artiste a contactée des normandes, âgées de 70 à 85 ans. Chaque récit, appelé « portrait audio », témoigne de la fracture générationnelle qu’a connu la tradition du trousseau dans les années 70. Notamment, une cassure intervenue avec l’émancipation des femmes, mais surtout avec le désir de poursuivre des études. La plupart des petits-enfants des femmes interviewées ne savent pas que leur grand-mère ont eu à composer un trousseau. Ils ignorent même jusqu’à l’existence de cette tradition… chateaudemartainville.fr

Francesca Piqueras capture la fureur du Pacifique sur ses clichés

Artcurial Munich : l’artiste Alfred Kubin à l’honneur

François Réau investit les caves Ackerman, à Saumur

Atelier Alain Ellouz, les luminaires Infinity dévoilés