L’Inde fait son cinéma en toute Liberty à la galerie Deeya

Une adresse parisienne atypique qui met en scène un lieu culturel culte

La Galerie Deeya, un lieu d’exposition multidisciplinaire parisien, a pour vocation de tisser des liens entre l’Inde et la France. En proposant un programme pointu d’expositions de photographies, d’art graphique ou encore de design. Pour sa première exposition, elle expose le travail du photographe Shahid Datawala. Et notamment ses clichés autour du célèbre Liberty Cinema. Un hommage à l’Art déco, un courant artistique qui relie les villes de Mumbai (anciennement Bombay) et Paris.

Galerie Deeya, un lieu d’exposition qui magnifie l’Inde et ses trésors

galerie deeya salle de cinema

C’est un commerçant de coton, cinéphile dans l’âme, Habib Hoosein, qui fonde le Liberty Cinema en 1947. Il le nomme ainsi pour célébrer la récente indépendance de l’Inde, sous la tutelle de Nehru. À l’époque, ce lieu est synonyme de modernité et de grandeur, à l’échelle des 1 200 places de sa salle ! Et est le premier cinéma dédié aux films Hindoustani. À une époque où la plupart des salles passaient des films anglais. De ce fait, il occupe une place particulière dans le paysage culturel de la ville. De nos jours, il est l’un des derniers vestiges de la grande époque des “Talkies” de Mumbai. Et ce, grâce à la persévérance de son propriétaire, Nazir Hoosein. Car ce dernier résiste à de nombreuses propositions de le convertir en cinéma multiplex !

Shahid Datawala : un indien à Paris

Shahid Datawala a photographié le Liberty Cinema méticuleusement, s’assurant toujours d’être absolument seul dans les lieux. En 2009, il arpente halls et couloirs où résonnent le bruit des foules venues applaudir les derniers films de Bollywood. Amoureux des jeux de perspective, l’artiste cadre et recadre les détails architecturaux. Et joue avec les lignes pour les faire se rejoindre et dialoguer. “Le Liberty était vide à chaque fois que je visitais”, raconte Datawala. “Je voulais le parcourir dans le calme. Ressentir un sentiment de sérénité. La grandeur est plus attrayante visuellement, et elle me parle davantage lorsqu’elle est vide ». 21, rue du Bourg-Tibourg – 75004 Paris. deeyaparis.com 

Poètes au jardin de Pétrarque à Shakespeare, un regard sur la Renaissance au château de Pau

Courchevel : l’art au sommet avec Lorenzo Quinn

Le cheval en majesté au musée du Domaine Royal de Marly

Naples pour passion, la collection De Vito au musée Granet d’Aix-en-Provence