Les musées royaux des Beaux-Arts de Belgique célèbrent le Surréalisme

Une exposition qui met à l'honneur un courant artistique intemporel

Le 21 février 2024, les Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique inaugureront IMAGINE! 100 Years of International Surrealism. Cette exposition itinérante est conçue en collaboration avec le Centre Pompidou, à Paris. Avec un parcours dont les œuvres permettront aux visiteurs de s’immerger dans la poésie surréaliste. Les thématiques s’orienteront vers le rêve, le labyrinthe, la métamorphose, de l’inconnu et du subconscient. Les grands noms de ce courant artistique seront mis à contribution. Comme Max ERNST, Giorgio de CHIRICO, Salvador DALI, Joan MIRO, Jane GRAVEROL, Dorothea TANNING, MAN RAY ou Leonor FINI. Chaque musée partenaire de l’événement l’interprétera en mettant l’accent sur son propre patrimoine.

Belgique, l’autre pays du Surréalisme

À Bruxelles, la volonté des musées est d’offrir une lecture élargie du Surréalisme à travers une perspective symboliste. Plus de 130 œuvres d’art, peintures, œuvres sur papier, sculptures, objets, assemblages et photographies seront réunies. IMAGINE! se concentrera sur les liens, les similitudes, mais aussi les lignes de fractures, entre le Surréalisme et l’un de ses précurseurs, le Symbolisme. Ce dernier étant notamment incarné par Rops, Spilliaert, Khnopff, Delville et Minne. En effet, à partir de 1880, la capitale de la Belgique devient un carrefour international des arts et de l’avant-garde. Cela se manifeste notamment par le biais des expositions du groupe « Les XX » et « La Libre Esthétique ».

Redécouvrir la scène artistique de Bruxelles

Belgique salvador dali

Quelques décennies plus tard, la ville devient enfin le foyer d’un Surréalisme typiquement local. Un cheminement naturel, malgré la rupture culturelle provoquée par les affres de la Première Guerre mondiale. À l’heure où la Belgique assure au premier semestre la présidence du Conseil de l’Union Européenne, l’exposition continuera son parcours européen en passant par Paris, Hambourg, Madrid, pour finir à Philadelphie, aux États-Unis. Une très bonne raison de redécouvrir les charmes et la scène artistique bruxelloise, jusqu’au 21 juillet 2024. fine-arts-museum.be

Johanna Capliez Hot Candle, l’expo à la bougie

Le Paris de la Modernité, une Belle Époque au Petit Palais

Les douces rêveries poétiques de Nathalie Perakis-Valat

Carré d’Art de Nîmes, 30 ans d’expositions audacieuses