La Régence fait son retour à Paris au musée Carnavalet

Une période remarquable par son progressisme culturel

L’époque de la Régence commence lorsque Louis XIV s’éteint à Versailles, au matin du 1er septembre 1715. Nous sommes quatre jours avant son 77e anniversaire. Un règne de 72 ans s’achève, le plus long de l’Histoire de France. Le monarque laisse derrière lui une France endettée et, comme héritier, un enfant de 5 ans, trop jeune pour régner. Le duc Philippe II d’Orléans, neveu du défunt, devient régent du royaume en attendant la majorité du futur Louis XV. Dès le 2 septembre, il installe le jeune roi aux Tuileries et gouverne depuis sa résidence du Palais-Royal. L’exposition s’inscrit dans la commémoration du tricentenaire de la disparition du Régent, en 1674, à l’âge de 49 ans.

Paris, capitale de la Régence

la Régence, bord de Seine à Bercy

Symboles d’un nouveau régime, la cour, le pouvoir, les administrations quittent Versailles et s’installent à Paris, dont la population s’accroît. Le Palais-Royal, résidence du Régent, devient alors le cœur de la vie politique. À l’austérité et à la dévotion affectée de la « vieille cour » du Roi-Soleil, Philippe d’Orléans fait succéder la gaieté. Dans les salons où se côtoient nobles et roturiers, on se met à philosopher, à secouer le joug de l’autorité. Le goût de la nouveauté, l’émancipation des esprits, une atmosphère chargée de liberté, changent la face de la France. S’ensuit une période d’une intense effervescence culturelle qui donne naissance à un monde d’innovations philosophiques, économiques et artistiques. Voltaire, Marivaux, Montesquieu, Law, Watteau… en sont les héros les plus connus. Cette liberté nouvelle est le début du Siècle des Lumières.

Philippe d’Orléans, régent de France

La régence Philippe d'Orléans et son fils

Sauvegarder la grandeur de la France, tout en faisant le bonheur des Français. U défi redoutable qu’eut à relever Philippe d’Orléans, fils de Monsieur« , frère du roi. On le voit libertin, ordonnateur des plaisirs d’une société raffinée, mais corrompue. Cliché bien léger de ce prince à l’intelligence lumineuse, travailleur acharné, soldat brillant, fin stratège et d’une habileté extrême. Parmi ses actions notables, on peut citer l’alliance nouvelle avec l’Angleterre, la mise en place du système de Law. Une action destinée à liquider la dette de l’État. L’une de ses particularités consiste à développer l’utilisation du papier-monnaie au lieu d’espèces métalliques. Il instaure la « Polysinodie », un système nouveau de gouvernement qui remplace les Secrétariats d’État par huit conseils. Hélas, le Régent doit y mettre fin au bout de trois ans. Les années qu’il passa au pouvoir resteront dominées par la recherche de la paix à l’extérieur, comme à l’intérieur.

La Régence à Paris, l’aube des Lumières

La Régence, parc des Lumières

Le parcours de l’exposition met en évidence les innovations de cette période pour en mesurer leur portée historique. Plus de 200 œuvres (peintures, sculptures, œuvres graphiques, éléments de décors et pièces de mobiliers), permettent de l’explorer. On y découvre Paris qui s’impose enfin comme la capitale culturelle de la France… carnavalet.paris.fr

Sacha Goldberger : Portraits Croisés sur la Promenade des Anglais

Affacciato, happening estival et italien de Ballon rouge

Musée FAMM, l’espace culturel dédié aux artistes Femmes, à Mougins

Balsan donne carte blanche à Elise Fouin