Alex Alejandro Goldberg, l’expression naïve sur la toile

Un artiste inclassable qui jongle avec la gouache

À Jérusalem, capitale de l’état juif et démocratique d’Israël, il est un artiste qui ne court pas les vernissages, qui ne fait pas de relations publiques. Pour trouver Alex Alejandro Goldberg, rien de tel que de le découvrir, pinceau à la main, dans son atelier. Il en a fait sa 2e maison. C’est là que son talent s’anime. Et qu’il entre en osmose avec ses personnages sans visages affirmés. Mais aussi avec ses paysages brouillons ou les natures mortes savamment floutés de ses tableaux.

Son style ? Il est plutôt inclassable. Même si, à première vue, il s’oriente vers les dessins enfantins, naïfs. Ceux qu’il sublime avec la maturité d’un artiste qui a d’abord prit pour modèle sa propre mère, peintre et sculptrice. Des tableaux vivants, spontanés, énergiques, pleins de fraîcheur et de candeur qui font un bien fou à ceux qui les regardent. Retrouvez son univers et son portfolio sur alexgoldberg.art

Alex Goldberg, the naive expression on canvas

In Jerusalem, the capital of the Jewish and democratic state of Israel, there is an artist who does not run to openings, who does not do public relations. To find Alex Alejandro Goldberg, there’s nothing like discovering him, brush in hand, in his atelier. He made it his second home. This is where his talent comes alive. And where he enters into osmosis with the assertive faceless characters, the landscapes or the skilfully blurred lifes of his paintings.

His style ? It is rather unclassifiable. Even if, at first sight, he is oriented towards childish, naive drawing. Which he sublimates with the maturity of an artist who first took his own mother, painter and sculptor, as a model. Alive, spontaneous, energetic, full of freshness and candor that do a world of good to those who look at them. Find his universe and his portfolio on alexgoldberg.art

Auguste, l’artiste qui sublime le Pop Art

Eugène Griotte, l’atelier parisien de la porcelaine

Sylvie Malys, un show toqué au Théâtre des Mathurins

Robert Jaso, un photo-artiste sous le signe des émotions