Regards sur les miroirs habités du plasticien Édouard Darsonval

Le côté obscur et réfléchissant d'un objet de décoration

Sous le pseudonyme de Lavnosrad, Édouard Darsonval a imaginé un concept innovant de miroirs qui révèlent sa face cachée. Le plasticien a travaillé pendant 30 ans dans l’univers des antiquités et de la restauration de meubles anciens. Mais aujourd’hui, il s’offre une nouvelle aventure en nous présentant en quelque sorte son côté obscur. Cela ne manquera pas de vous rappeler les références faustiennes, à l’instar du portrait de Dorian Gray qui exprime une peur irrationnelle du processus de vieillesse et de la déchéance physique.

Des miroirs muraux pour toutes les envies

Reflétant nos tenues et nos modes de vie, les miroirs muraux sont souvent les éléments phares d’une décoration réussie de nos intérieurs. Chacun d’entre nous se regarde tous les jours dans un miroir, sans même se poser la question des origines de l’objet qui nous renvoie notre reflet. Quant à ceux-ci, ils ne reproduisent pas seulement notre image réfléchissante. Et leurs encadrements d’époque, chinés puis restaurés, ne se fondent pas dans le décor. Ils créent en effet une illusion originale qui laisse entrevoir des univers obscurs, comme un passage vers l’au-delà ou les profondeurs de l’âme.

Édouard Darsonval, de l’autre côté du miroir

En les regardant de plus près, on entrevoit en leur centre un portrait. Il s’agit de visages humains, de squelettes, de monstres mythologiques ou de personnages religieux, selon la lumière et notre positionnement. Du coup, ces objets de décoration, originaux et uniques, semblent tourmentés, comme revenus d’outre-tombe pour nous hanter. Leurs propriétaires pourront y distinguer, en filigrane, un portrait de monstre, de fantôme, une créature mythologique ou un ancêtre. Et pourtant, chaque œuvre, dont le procédé n’a jamais été utilisé par le passé, est unique. À la fois par son cadre et par le visage qu’elle laisse entrevoir. Fantôme, Vanité, Miséricorde, Frankenstein, Squelette, Diable, vendus en solo ou par paire, ils ne manqueront pas de vous surprendre. lavnosrad.com

Alex Alejandro Goldberg, l’expression naïve sur la toile

Finistère Sud, refuge béni des peintres en terre bretonne

Molitor sous les traits de l’artiste Olivia De Bona

Natalia Smalto Fondation Signature : réinventer le code vestimentaire d’une cheffe d’orchestre