Palais Farnèse : la cheminée et les statues du Salon d’Hercule retrouvent leur éclat

Des fleurons patrimoniaux de l'ambassade de France en Italie enfin restaurées

Parmi l’incomparable patrimoine architectural romain, le palais Farnese tient une place à part. La cheminée monumentale et les statues allégoriques du Salon d’Hercule sont inaugurées par Christian Masset, ambassadeur de France en Italie. Ceci, avec la complicité de Palazzetti, Fondaco Italia et Pragma. Ces entreprises ont pu assurer leur vaste campagne de restauration. Le but étant de redonner sa beauté originelle à ce chef-d’œuvre de la Renaissance, au cœur de l’Ambassade de France en Italie. Ces œuvres qui représentent l’Abondance et la Charité retrouvent un nouvel éclat. Un travail titanesque, inscrit dans le cadre du projet ‘’La cornice del Tempo – curiamo il passato per dare bellezza al futuro’’ (prenons soin du passé pour donner de la beauté au futur). Celui-ci a pour objectif de contribuer à la valorisation des biens culturels italiens.

Des siècles d’histoire artistique réhabilités

La cheminée, d’une hauteur de 4,5 mètres, se voit flanquée de deux figures engainées. Quant à l’ensemble, le voici couronné par deux anges portant le blason du cardinal de Ranuccio. Les deux sculptures, arrivées au Palais Farnese en 1628 depuis le tombeau de son grand-père, le pape Paul III Farnèse, de Saint-Pierre de Rome, rappellent sa glorieuse ascendance. Joyau coloré dans un écrin parsemé de portraits d’empereurs romains, elle se compose de plusieurs marbres antiques, comme le porphyre ou le portasanta.

L’œuvre qui fait la fierté du palais Farnese

De nobles matériaux qui soulignent le goût « all’antica ». Ces incrustations renvoient au savoir-faire marmoréen italien. Pour être plus précis, romain. Ce qui entraîna un regain de succès au 16e siècle car il permet de donner du rythme aux œuvres. Au même titre que les teintes des marbres, dont les veinures et leur profondeur participent à sa mise en mouvement. De plus, de nouveaux socles sont créés pour les statues de « della Porta ». La dernière grande entreprise de restauration concernant les trois œuvres date de 1928-1929. En témoigne, la création de nouveaux socles pour les statues de « della Porta ». Et celle-ci a bien entendu réjoui le représentant officiel français dans la Ville Éternelle. Qui promet la poursuite de nombreuses activités culturelles. villamedici.it

L’église Saint-Eustache célèbre ses 800 ans en son et lumière avec Luminiscence

Parcours culturel et gourmand à Orange

Jardin du Parfumeur, le nouvel écrin vert de Versailles

Nîmes, sous le signe de la romanité