Musée Henner : l’hommage à Sarah Bernhardt

100 ans après sa disparition, la comédienne de la Belle Époque reste une légende

Un siècle après sa mort, le musée Jean-Jacques Henner rend hommage à Sarah Bernhardt. Celle qui fut la reine de Paris de la Belle Epoque et la première star internationale. Une femme exceptionnelle aux multiples talents, actrice, peintre, sculptrice et au caractère bien trempé. Après le Conservatoire d’Art Dramatique, elle intègre la Comédie Française, en 1862, puis le Théâtre de l’Odéon. Elle triomphera notamment dans Phèdre de Racine et Hernani de Victor Hugo. En 1880, elle crée sa propre compagnie et se produit sur les cinq continents en interprétant les plus grands auteurs dramaturges, comme Racine, Shakespeare, Alexandre Dumas ou encore Edmond Rostang. Adulée par le public, elle devient une star internationale, une icône, la plus grande tragédienne de son temps. On la surnomme « la Voix d’Or », « la Divine », la « Scandaleuse » ou encore « Monstre sacré » selon Cocteau. Le musée Henner met enfin à l’honneur cette illustre artiste.

Sarah Bernhardt et le musée Henner

C’est dans la plaine Monceau, à Paris, que Sarah Bernhardt s’installe dans une luxueuse demeure de la rue Fortuny. Proche de l’hôtel particulier du peintre Guillaume Dubufe, devenu le musée Henner. Avec sa notoriété, sa forte personnalité, Sarah Bernhardt fascine et attire les plus grandes célébrités de l’art, de la musique et des lettres. C’est ainsi que la plaine Monceau devient un quartier incontournable de la scène artistique et culturelle.

Le musée Henner rend hommage à son illustre voisine avec des archives de Jean-Jacques Henner, en lien avec la comédienne, des œuvres de Louise Abbéma, peintre et amie de Sarah Bernhardt, ainsi que des portraits inédits. De plus, le musée organise conférences, lectures, concerts et visites-promenade sur les pas de la star. Un siècle après sa mort, sa vie et son œuvre fascinent toujours autant. À voir absolument, du 22 mars au 26 juin 2023. musee-henner.fr

Galerie GNG, les œuvres de Bahram Hajou mises en scène

L’univers animé de Sawako Kabuki à la galerie Miyu

Baron Lanteigne : la matérialité du virtuel au Centre des Arts d’Enghien-les-Bains

Les talents émergents mis en avant à la galerie Diego Escobar