Les 4 éléments de Jean Lurçat, au musée d’art Hyacinthe Rigaud de Perpignan

L'œuvre d'une vie d'un maître de la céramique

Du 22 juin au 29 décembre 2024, l’exposition « La Terre, le Feu, l’Eau, l’Air » sera le fil d’Ariane pour découvrir l’œuvre céramique de Jean Lurçat. Ce mouvement issu de la renaissance des arts appliqués, à la fin du 19e siècle, connut un profond renouveau grâce à une génération d’artistes qui renoue avec l’artisanat traditionnel. Avec l’objet lui-même, comme support artistique et matière sculpturale, propice au décor afin de démocratiser l’accès à l’art.

Une nouvelle esthétique de la terre cuite

Lurçat vases

Le musée d’art Hyacinthe Rigaud, à Perpignan, dévoilera les terres cuites décorées qu’il a réalisées en ville. Cela, dans toute leur diversité. Après avoir connu une certaine notoriété en tant que peintre, dans les années 1920-1930, Jean Lurçat s’installe à Paris. Il y fréquente galeristes, collectionneurs, écrivains, poètes, sans se revendiquer d’un courant esthétique. Même si ses tableaux évoquent Henri Matisse, Fernand Léger, Pablo Picasso, Georges Braque et Le Corbusier.

Géométrie et cubisme destinés aux intérieurs modernes

Lurçat pots

Selon les spécialistes, la peinture de Lurçat est sensible, elle agit comme si elle révélait les formes d’une vie secrète. L’artiste semble peindre « selon l’intensité de son émotion ». Ses paysages prennent ainsi un caractère irréel, avec des natures mortes héritées du Cubisme. Et la géométrie permet des combinaisons infinies. Il s’inscrit pour un temps dans la tradition des peintres orientalistes du 19e siècle, avec de grands portraits en pied qui visent la monumentalité.

Jean Lurçat, la passion des couleurs franches

Cet univers de faïence, il l’aborda dans les ateliers de Sant Vicens, en s’exprimant à travers la peinture, le dessin, la gravure, les décors de théâtre, l’écriture et l’illustration. Lurçat sera toujours imprégné par la couleur. Sa vision du réalisme socialiste lui fera même dessiner des paysans et des pêcheurs à la mine grise. Puis il reviendra à l’art mural, réinvestira la tapisserie, le thème de la nature menacée et celui de l’Homme, écartelé entre le bien et le mal. Toujours au cœur des 4 éléments… musee-rigaud.fr

The Masie célèbre Noël dans les intérieurs contemporains

Nice : l’hommage architectural de la capitale azuréenne à la Belle Époque

L’Alhambra, un mythe andalou préservé

L’Ecole des Arts Joailliers dévoile l’exposition Ors et Trésors