L’École des Arts Joailliers : un nouvel écrin pour l’expo sur les bijoux de scène

Une mise en lumière d’un trésor de la Comédie-Française

Le 6 octobre 2023, l’École des Arts Joailliers s’installera dans un hôtel particulier du 18e siècle, l’hôtel de Mercy-Argenteau. Situé sur les Grands Boulevards, à Paris, ce bâtiment inscrit aux Monuments historiques est un lieu unique. Une façade en pierre de taille néoclassique et un intérieur réaménagé par la designer, architecte d’intérieur et scénographe Constance Guisset. Un décor flamboyant où le cadre historique s’inscrit en parfaite harmonie avec la première exposition « Les bijoux de scène ». Ce quartier du boulevard Montmartre est associé à la culture et l’art. Avec ses passages couverts, ses théâtres, l’hôtel Drouot ou encore le Musée Grévin. Il est également lié à la joaillerie. Fabricants et marchands de pierre sont juste à côté. Une adresse qui a du sens pour l’Ecole, d’autant plus que ce lieu a eu un lien dans le passé avec les bijoux.

Un monument historique remis en valeur

En effet, édifié en 1778 par un jeune architecte en vogue, Firmin Perlin, l’hôtel particulier ne doit pas son nom à son propriétaire. Mais au premier occupant qui en obtint l’usufruit : le comte Florimond-Claude de Mercy-Argenteau. Ambassadeur de Marie-Thérèse d’Autriche, celui-ci arrange le mariage du futur Louis XVI et Marie-Antoinette. Le diplomate devient le confident et conseiller de la jeune souveraine. Avant sa fuite à Varenne, elle lui confiera ses bijoux. Clin d’oeil à l’histoire de ce bâtiment aujourd’hui…

Les bijoux de scène de la Comédie-Française

Quartier des théâtres oblige, cette exposition inaugurale réunit les bijoux de scène de la Comédie Française. Ceux-ci, portés par les comédiennes et comédiens les plus célèbres tels que Talma, Rachel, Sarah Bernhardt…  Une immersion dans l’histoire du bijou de scène depuis le 18e siècle. Bijoux, tableaux, dessins, manuscrits, témoignent de la somptuosité de ces objets. Tout en étant souvent réalisés dans des matières non précieuses, ils mettent en œuvre les savoir-faire de la joaillerie. Comme par exemple, ce diadème aux étoiles « tremblantes » montées sur ressorts ou cette parure de verre bleu et cristal.

Une mise en scène en trois actes

 

En préambule, une vidéo diffuse un extrait de la célèbre pièce de Georges Feydeau, « Un fil à la patte », où une bague est l’objet d’un quiproquo. Puis le visiteur, plongé dans l’obscurité, découvre les coulisses. Là, tableaux, gouaches, miniatures, estampes, manuscrits et factures de fournisseurs évoquent les premières traces de bijoux de scène. Les parures que portaient les acteurs et les actrices provenaient majoritairement de leurs biens personnels, faisant étalage de leur réussite sociale. Cependant, les bijoux ayant une fonction dans l’intrigue de la pièce étaient fournis par le théâtre. Puis après avoir franchi un rideau de velours noir, le public se trouve sur scène, en pleine lumière. Des silhouettes de comédiennes et comédiens sont projetées sur des parois lumineuses parées de leurs costumes et bijoux. Des parures étincelantes, restaurées par l’École des Arts Joailliers.

Une librairie dédiée aux arts joailliers

l'École des Arts Joailliers salon

Éducation et transmission sont les maîtres-mot qui animent L’École des Arts Joailliers. Voici réunis dans une bibliothèque quelque 6 000 documents : imprimés, revues, catalogues de ventes aux enchères… Outre des parutions en français, anglais, allemand, italien, espagnol, le fonds comporte des textes en arabe, en japonais, en mandarin et d’autres langues encore. Et grande première, une librairie sera entièrement dédiée au bijou au sein de l’hôtel Mercy-Argenteau. Baptisée « L’Escarboucle », en référence au nom donné jadis aux pierres précieuses d’un rouge ardent : rubis, spinelles ou grenats. Elle abrite 3 000 titres en français et en langues étrangères. Des ouvrages sur la bijouterie, la joaillerie, leurs créateurs, les savoir-faire et la gemmologie et, au-delà, les arts appliqués et l’histoire du goût.

Un lieu unique pour l’École des Arts Joaillers

Fondée il y a plus de dix ans, avec le soutien de Van Cleef & Arpels, l’École des Arts Joailliers continue son ascension. Avec cette seconde adresse à Paris, l’institution diffuse la culture joaillière en France et à travers le monde. Les bijoux de scène de la Comédie Française, une exposition exceptionnelle dans un lieu magique, à découvrir du 6 octobre 2023 au 4 février 2024, en partenariat avec la Comédie-Française. Entrée libre, sur réservation. lecolevancleefarpels.com

Sinner, l’hôtel qui fait de ses espaces publics une galerie arty

Musée Rodin : un rêve d’Égypte à Paris

Poètes au jardin de Pétrarque à Shakespeare, un regard sur la Renaissance au château de Pau

Wenjie Lin, invitée de la galerie Aliénor Prouvost, à Bruxelles