Anne Vogt-Bordure réhabilite Jenny Sacerdote, icône de la mode

Mise en lumière d'une couturière française, au cœur des années folles

Jenny Sacerdote, figure majeure de l’entre-deux-guerres, était une créatrice de mode avant-gardiste, combative, féministe avant l’heure. Une pionnière dans son approche artistique, technique et colorimétrique. Elle est aussi l’une des toutes premières femmes à être nommée Chevalier de la Légion d’Honneur.

Mais qui était Jenny ?

De son véritable nom, Jeanne Adèle Bernard, elle nait en 1868 à Périgueux, de père inconnu. Sa mère est tailleur, et sa grand-mère couturière. D’abord institutrice, Jenny Sacerdote, décide, à 40 ans, de changer d’orientation et d’apprendre la couture. Elle se forme alors auprès de la couturière Jeanne Paquin. Et en 1909, elle crée sa propre maison de Haute Couture, à Paris, l’une des maisons les plus en vue de son époque. Elle y invente un style, libre, audacieux, confortable et d’un chic absolu. Comme le petit tailleur gris aussi célèbre que la petite robe noire de Chanel. Elle n’hésite pas à lancer des modes, développe des cols, remplace les perles des robes par les plissés, invente la robe tablier. Ou encore la robe tunique doublée de rose, sa couleur fétiche, ajoutant des écharpes à la taille. Le succès est immédiat !

Une créatrice adulée des 2 côtés de l’Atlantique

Les créations de Jenny incarnent l’élégance à la française et les américaines en sont folles. Toute la presse française et étrangère salue son talent. Mondaine, elle fréquente le Tout Paris, des artistes et des peintres comme Kees Van Dongen, Henri Gervex et Maurice de Vlaminck. Ou encore Jean-Gabriel Domergue qui réalisera plusieurs portraits d’elle. Elle habille des célébrités telles que Eve Lavallière, Réjane, Suzy Solidor, Arletty, la soeur de Fred Astaire, Mary Pickford, sa majesté la reine d’Egypte et l’Impératrice du Japon. En 1923, elle achète le Château-l’Evêque, en Dordogne, pays de son enfance, et le conservera jusqu’en 1940. Elle crée dans le jardin la plus belle roseraie de France et organise des défilés au milieu des roses. Jenny traversera les deux guerres avec honneur. Mais celle qui révolutionna la mode sera contrainte de fermer sa maison de couture en 1948. Malgré sa renommée, elle tombera dans l’oubli.

Jenny réhabilitée par Anne Vogt-Bordure

Une idée de Jenny

Anne Vogt-Bordure, une femme passionnée de mode et d’histoire, publie « Une idée de Jenny« , la première biographie de la créatrice. C’est par un hasard géographico-familial qu’Anne retrouve la trace de Jenny Sacerdote. Étonnée que son art soit oublié par l’histoire, elle entame alors une véritable enquête sur la vie de cette héroïne pendant cinq ans. Diplômée d’un DEA en Civilisations et d’une formation à l’EHESS en sociologie, Anne reconstitue le parcours de Jenny depuis sa naissance jusqu’à son décès, à Nice. À l’appui, plus de 500 articles de presse, documents juridiques, contrats, procès, archives personnelles et témoignages familiaux. Un superbe hommage à cette créatrice de mode française dont certaines pièces sont encore présentes dans les plus grandes collections des musées du monde entier. Un livre pour tous les amoureux de mode et d’histoire. « Une idée de Jenny », Éditions Récits. 40€. jennysacerdote.comvosrecits.fr

The Parisianer : un magazine imaginaire célébrant les valeurs du sport

Louvre Haute Couture, le livre événement sur l’histoire de la mode

Maury Samuel : des tableaux  au-delà de la vision première… et un livre

Livres d’art, les cadeaux des grandes bibliothèques