Galerie Minsky : l’expo coup de foudre de Patrick Rimoux

Des œuvres qui s’animent, à partir de films

Sculpteur de lumière, plasticien, Patrick Rimoux crée à partir de films en 35 mm des tableaux auxquels de savants jeux de lumière donnent vie. Il construit aussi ses œuvres avec des images cinématographiques enfouies dans sa mémoire. Ce magicien de la lumière est aujourd’hui en charge de la création de l’illumination intérieure de Notre-Dame de Paris. Ses créations ont déjà sublimé les architectures et des espaces urbains dans le monde entier. Sa nouvelle exposition à la Galerie Minsky dévoile des créations autour d’un thème qui illumine nos existences : le coup de foudre. Cet amour fulgurant, souvent impossible. Patrick Rimoux en explore les différentes facettes au travers de productions cinématographiques américaines, européennes, africaines et asiatiques.

Le cinéma et la lumière au coeur de son art

Dès son enfance, Patrick Rimoux pratique la sculpture et se passionne pour le 7e art. Les films de Fritz Lang, Stanley Donen ou Marcel Carné le captivent. Ce passionné de nouvelles technologies décroche un diplôme d’ingénieur avant d’intégrer l’École des Beaux-arts de Paris, où il intègre l’atelier du sculpteur Claude Viseux. Au cours de ses études, il rencontre Henri Alekan, le légendaire chef-opérateur des films qui ont marqué l’histoire, comme la Bataille du Rail de René Clément, la Belle et la Bête de Jean Cocteau ou encore les Ailes du Désir de Wim Wenders. Ce dernier l’initie à l’art de la lumière. Ensemble, ils réalisent des “Chemins de Lumière”, ces éclairages féériques installés sur 56 sites, à Bruxelles, à Paris et dans d’autres villes. Dès lors, La lumière devient le medium privilégié de Patrick Rimoux.

L’expo « Coup de foudre »

Dans sa nouvelle exposition « Coup de foudre« , Patrick Rimoux ranime et magnifie ses souvenirs cinématographiques sur le thème de l’amour. À partir de bobines de film en 35mm, il crée la trame de son œuvre en isolant une scène emblématique. Il la coupe dans la pellicule, puis la place entre deux plaques de verres qu’il sable, grave et peint. Enfin, il l’illumine et parfois l’anime avec des vidéo-projections. Dans son tableau intitulé “Phèdre”, l’artiste a isolé une scène d’une production indienne inspirée de cette grande tragédie amoureuse. Avec l’œuvre “Humphrey”, il nous transporte dans un jeu de citations où les personnages du film “Chat noir, chat blanc”, d’Emir Kusturica, émergent dans la lumière d’un téléviseur. On y découvre Humphrey Bogart et Ingrid Bergman résistant à la passion qui les enflamme, à Casablanca. Des tableaux vivants, scintillants et absolument fascinants, à découvrir du 20 janvier au 18 mars 2023.  galerieminsky.com

Salvetat : l’eau naturelle gazeuse fête ses 30 ans

Johanna Capliez Hot Candle, l’expo à la bougie

Artcurial Munich : l’artiste Alfred Kubin à l’honneur

Le Donjon de Vez explore le monde fantastique de Germaine Richier