Fastes de la cour impériale des Ming, au musée Guimet

Les trésors les plus précieux d'une dynastie chinoise méconnue

Pour assister à L’Or des Ming, l’exposition du musée national des arts asiatiques – Guimet, on attendra le 18 septembre 2024. Le faste de la cour impériale de cette dynastie contemporaine de la Renaissance italienne y dévoilera ses précieux trésors. Pour nous faire découvrir l’art, aussi codifié que raffiné, de la parure féminine. Les plus belles créations de l’orfèvrerie chinoise sont ainsi révélées. Son esthétique foisonnante, singulière et baroque, se retrouvait aussi bien à la Cité Interdite que chez les élites.

L’art du bijou à son zénith

Un grand spectacle, grâce aux prêts du musée des Beaux-Arts de Qujiang, et à sa collection de vases et de parures. Il témoigne de la splendeur inégalée de l’art du bijou. Cette période est aujourd’hui considérée comme l’un des âges d’or de la civilisation chinoise. Les objets d’or de cette époque sont aujourd’hui très rares. Compte tenu de la valeur du métal précieux dont ils sont faits, nombre d’entre eux ont été fondus pour produire de nouvelles pièces au goût du jour.

Un collectionneur passionné

Ming bracelets

La scénographie de l’exposition révèle un luxe et une délicatesse inouï. Et chacune des pièces présentées, appartenant à la collection exceptionnelle de M. Kwok, invite le visiteur à imaginer cette civilisation méconnue. Cela, dans le cadre de l’année franco-chinoise du tourisme culturel. Et de la célébration du 60e anniversaire des relations diplomatiques entre la France et la Chine.

Entrer dans l’intimité des palais Ming

On y admire une épingle à cheveux à décor de phénix et une aiguière de dragon et de lion jouant avec une balle. Mais aussi des bracelets enroulés, et d’autres en or, sertis de rubis. Le sceptre Ruyi au filigrane d’or serti de jade, de rubis et de saphirs est un exemple de raffinement. On ne ratera pas le vase d’applique, les boucles d’oreilles à décor de calebasse, l’ornement en forme de saint personnage ou de chauve-souris et la bague à motif de phénix. Il suffit d’ouvrir les yeux pour être ébloui. guimet.fr

Les Ponts de Paris, sous l’œil du photographe Gary Zuercher

Toutânkhamon, l’expérience immersive pharaonique aux Galeries Montparnasse

Animal Kingdom, le nouveau happening du musée de la Chasse et de la Nature

Hôtel Royal Monceau x Tiffany Bouellec, la collab inattendue