Exposition monographique de Kartini Thomas à la galerie Revel

Des sculptures oniriques inspirées d’une bande dessinée de William Steig

La Galerie Revel, spécialisée dans l’art contemporain et située à Bordeaux, accueille l’artiste américaine Kartini Thomas au parcours singulier. Après des études d’épidémiologie au sein de l’Université Reed, à Portland, en Californie, celle-ci intègre l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs de Paris. Puis, pendant une quinzaine d’années, elle travaille dans la mode et le cinéma en tant que directrice artistique. Aujourd’hui installée sur l’Île d’Oléron, elle se consacre à sa passion, la céramique. Des êtres imaginaires, des monstres colorés et des formes abstraites découvertes dans la lunette de son microscope constituent son univers. Son exposition, « Rotten Island« , met en lumière son imaginaire, son talent mais aussi sa perception de la beauté.

Le conte inspirant de Kartini Thomas

Kartini Thomas s’est s’inspirée d’un conte pour enfants. Celui de William Steig, célèbre illustrateur et auteur de Shrek. Celui-ci raconte l’histoire d’une île peuplée de monstres troublés par l’apparition d’une magnifique fleur. Elle nous embarque dans sa propre version. Un univers aux curieuses créatures, en grès ou en porcelaine, prolifèrent à travers une flore excentrique. Pour l’artiste, ces monstres sont une ode à la beauté, celle qui trouble et dérange. Elle déclare : « Je pense que l’idée de monstruosité est importante pour moi. L’altérité, l’idée qu’on peut s’imaginer autrement, sortir de son état d’être humain, être plus libre et se réinventer, c’est ce que permet le monstre. On ressent moins d’exigences, on se permet de s’amuser et d’être différent ».

Une réflexion sur la construction des mythes

À travers ses créations, Kartini Thomas s’interroge également sur la construction des mythes au gré des époques et des cultures. Ce besoin immuable d’imaginer les débuts du monde terrestre. Inventer sa propre mythologie, la raconter, la cristalliser et la faire vivre. Son exposition ludique éveille notre conscience sur notre vision du laid et du beau. À découvrir jusqu’au 17 décembre 2023. galerierevel.com

Carré d’Art de Nîmes, 30 ans d’expositions audacieuses

Drawing Lab : une plongée dans l’univers captivant de Suzanne Husky

Fantaisie Surréaliste de Pierre Jahan, à la galerie Jean-François Cazeau

Les « Chibi-Chans » de l’artiste Elena exposés au Clos Y