Vichy, une ville patrimoniale tournée vers l’avenir

Une destination élégante, rafraîchissante et surprenante

Bienvenue à Vichy, ville iconique réputée pour ses sources thermales, son architecture exceptionnelle et ses loisirs ! Dans l’Antiquité, elle était connue sous le nom d »Aquis Calidis » (eaux chaudes) et attisait déjà la curiosité des romains. Mais c’est au cours du 17e siècle que se posent les fondations de la médecine thermale dans la cité bourbonnaise. Sa réputation grandit, notamment grâce à la Marquise de Sévigné, qui venait y soigner ses rhumatismes aux mains. Des maux qui la gênaient pour écrire à sa fille, Madame de Grignan. En 1861, Napoléon III accélère son développement ainsi que la réputation internationale de la station. Elle devient alors la Reine des villes d’Eaux, entre 1870 et 1914. Au fil des ans, Vichy se modernise, avec de belles et grandes avenues thermales, des parcs, un opéra et un casino. À l’époque, on venait y « prendre les eaux », mais aussi se divertir !

La richesse insoupçonnée des eaux de Vichy

Issues de sources souterraines, ses eaux pures prennent naissance au pied des volcans d’Auvergne et s’infiltrent à une profondeur de plus de 3 000 mètres. Elles se chargent en sels minéraux, puis jaillissent toutes chaudes, poussées par le gaz carbonique. Inauguré en 1903, le grand établissement thermal conçu par l’architecte Charles Lecœur est un remarquable édifice au dôme néo-byzantin. Une empreinte remarquable de la Belle Époque. C’est aux Thermes des Dômes, un lieu atypique, qu’ont lieu les cures. On y exploite neuf sources. Les curistes consomment celles de Chomel, Grande Grille, Hôpital et Lucas, utilisées également dans la composition des produits cosmétiques Vichy. Antoine et Boussange, deux sources de Bellerive-sur-Allier, sont mélangées pour les soins, les douches et les bains. Quant à l’eau des Célestins, elle est embouteillée. Et comme rien ne se perd, les sels extraits des sources minérales servent à la fabrication des célèbres pastilles.

Un patrimoine hors du commun

vichy opéra

Au tournant des 19e et 20e siècles, des édifices somptueux sortent de terre et de l’imagination luxuriante des architectes. Tous les styles sont représentés. Anglo-normand, néo-médiéval, néo-gothique, oriental, classique, Renaissance… Hôtels, villas vénitiennes, immeubles Art déco et castels flamands sont à eux seuls des invitations au voyage. Un héritage unique, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco en 2021. La découverte de la ville est un parcours riche en émotions. Il commence à l’opéra, le seul de style Art Nouveau en France. Contigu au casino, il se poursuit à la maison de l’ancien reporter Albert Londres, puis au Castel Franc, une maison de bailliage du 16e siècle. Avant de passer par l’église Saint-Blaise, un joyau qui offre une décoration aussi riche à l’intérieur que dépouillée à l’extérieur. Pour se terminer rue Hubert Colombier, un condensé de l’architecture vichyssoise de la Belle Époque.

Napoléon III, une ambition pour Vichy

Vichy chalet impérial

Construits sur le boulevard des États-Unis, entre 1863 et 1905, cinq chalets sont le miroir de la vie de l’empereur. Lors de ses deux premiers séjours à Vichy, il occupe la villa du chef d’orchestre Isaac Strauss. Il ordonne alors la construction de son propre lieu de villégiature, dont on oriente les galeries vers le parc. La lettre N, surmontée d’une couronne impériale, est visible au-dessus de la porte d’entrée. Elle accueillait de nombreuses réunions, ainsi satisfaisait son besoin d’intimité lors de ses cures. Mais l’impératrice n’occupera jamais le chalet que lui destine son époux. Le couple impérial, en promenade dans le parc, croise Marguerite Bellanger qui tient en laisse un petit chien. À la vue de Napoléon, « Grenadier » manifeste une joie sans borne en se jetant contre ses jambes. Comprenant l’infidélité de son mari, Eugénie entre dans une rage folle et quitte Vichy. Elle n’y reviendra jamais !

Si Vichy m’était conté…

Vichy fêtes impériales
vichy cabaret

Depuis 2008, Vichy met pourtant à l’honneur Napoléon III lors de grandes fêtes historiques. Celles-ci replongent la ville et ses habitants dans la vie et les fastes du Second Empire. Le temps d’un week-end, près de 300 figurants, acteurs et danseurs défilent en costumes d’époque. Cela, tandis que des zouaves et des artilleurs bivouaquent à côté des chalets impériaux. L’événement s’ouvre avec un concert, « Sur les pas de Napoléon III« , et s’achève sur un dîner musical dans le cadre unique du Palais des Congrès-Opéra, au rythme d’une troupe musicale. Rendez-vous est donc pris, du 14 au 16 juin ! Autre temps fort de la saison, « Vichy Pétille » est un show audacieux, dynamique et envoûtant. Il conte les 2 000 ans d’histoire de la reine des Villes d’Eaux ! Office de Tourisme de Vichy, 19 rue du Parc – 03200 Vichy. vichymonamour.fr

Jardin du Parfumeur, le nouvel écrin vert de Versailles

Réouverture de la Chapelle Jean de Bourbon, à l’Abbaye de Cluny

Chartreuse Notre-Dame-du-Val-de-Bénédiction, la pépite patrimoniale de Villeneuve-lès-Avignon

Château de Breteuil x Ateliers Grévin : restauration de 30 personnages