Animal Kingdom, le nouveau happening du musée de la Chasse et de la Nature

Dévoiler avec ironie le rapport de l'homme à l'animal dans la nature

Aux portes du quartier parisien du Marais, les hôtels de Guénégaud et Mongelas forment le Musée de la Chasse et de la Nature. Cet hiver, il présente l’exposition Animal Kingdom un événement qui s’adresse à tous. Rénové et agrandi de six nouvelles salles, le lieu dévoile à sa manière le rapport de l’homme à l’animal dans son environnement naturel. Et jusqu’au 10 mars 2024, il donne carte blanche à Sean Landers, grande figure de l’art contemporain américain et de la peinture figurative. En déroulant un parcours pour les visiteurs autour des portraits animaliers d’un artiste conceptuel majeur. Le musée en profite pour revenir à ses fondamentaux. C’est à dire, à la peinture.

Animal Kingdom, une mise en scène insolite de la peinture animalière

L’événement présente une trentaine de pièces conservées essentiellement dans des collections privées. Des bronzes s’y ajoutent, ainsi que deux portraits animaliers spécialement réalisés pour l’occasion. Le peintre, sculpteur, photographe et vidéaste manie l’ironie à grands renforts de correspondances, de références et de symétries intemporelles. Il développe ici une série d’animaux à la fourrure écossaise. Un trompe-l’œil en référence à Magritte. Comme c’est la cas, dans The Urgent Necessity of Narcissism for the Artistic Mind. Là, un jaguar au pelage en tartan rose s’abreuve de son reflet dans une mare. Un tableau prolongé par le Portrait de Simon Miray, Secrétaire du Roi, de Louis Tocqué (1693-1772).

Des animaux revêtus de fourrure tartan

Animal Kingdom salon

Sean Landers se met carrément en scène. Avec, en arrière-plan, une forêt de troncs d’arbres gravés du prénom de l’artiste, répété à l’infini. Au fil des étages et des salons, là où trônent les trésors des collections permanentes, on découvre un impressionnant combat de cerfs naturalisés. Leur expression est saisissante ! La mise en scène des œuvres Painted Desert (Markhor), Ocelot, Brueghel the Archer (Boar), Wolverine, Lion in Winter, Maroon Bells (Deer), Yours Truly et Polar Bear Cub (North Slope, AK) forment un bestiaire irrésistible. Une vrai cour des miracles qui mérite une visite en famille. chassenature.org

Cohle Gallery, une expo collective en version happening

Amours imaginaires, la nouvelle exposition du musée des Avelines

Le Grand Numéro de Chanel au Grand Palais Ephémère Paris

Planches Contact, le festival de photographie de Deauville